jeudi 21 mars 2019
La start-up Promize sera localisée dans les locaux d'Isagri, tout en restant autonome La start-up Promize sera localisée dans les locaux d'Isagri, tout en restant autonome ©Isagri

Start-up : Isagri lance "Promize" pour accélérer sa capacité d'innovation

En nouant des partenariats avec des start-up et des grands groupes, Promize ambitionne d’accélérer l’innovation d’Isagri sur de nouvelles technologies allant du big data à l’intelligence artificielle.

Le leader français de l’informatique agricole lance sa propre start-up interne. Baptisée « Promize », elle a pour but d’accélérer l’innovation du groupe Isagri en développant des partenariats entre petits et grands acteurs des nouvelles technologies. « L’agilité de Promize va permettre de favoriser les échanges collaboratifs avec l’écosystème de l’Agtech. L’objectif est de mutualiser les forces créatrices, tant sur la structure que sur les méthodes de travail, pour garantir la mise en marché de solutions digitales innovantes », explique Alexandre Diaz, le responsable innovation d’Isagri. L’entité, qui fonctionnera dans un premier temps avec 6 personnes, sera localisée dans les locaux d’Isagri près de Beauvais (Oise), mais sera pourtant autonome, affirme le groupe. Elle sera amenée à travailler sur les objets connectés, le big data, les outils d’aide à la décision et l’intelligence artificielle, notamment. « L’idée est vraiment de développer de nouveaux marchés, pas de soutenir financièrement des acteurs, même si l’on ne s’interdit rien », souligne Alexandre Diaz.

Plusieurs partenariats non capitalistiques ont déjà été mis en place. Le premier, avec la start-up Karnott, a pour objectif de supprimer les saisies manuelles relatives à l’utilisation de matériels agricoles. « C’est un boîtier qui s’installe sur les équipements et collecte les données. Cela permet de gagner beaucoup de temps », explique Antoine Dequidt, agriculteur et cofondateur de Karnott. Pour ce faire, une « Application Programming Interface (API) » a été développée pour remonter automatiquement les données récupérées par le boîtier électronique. 450 d’entre eux sont déjà en fonction depuis juillet 2017. L’objectif de Karnott est d’atteindre 3 000 boîtiers vendus en 2018 et 35 000 d’ici à cinq ans. Autre partenariat, celui avec Biosco. La start-up travaille sur la réduction des coûts logistiques. Elle coopère avec Promize sur l’intégration des algorithmes dans les outils de prévisions de collecte des organismes stockeurs. « Les données, remontées en temps réel, optimisent la logistique. Elles permettront de réduire de 10 % le coût logistique d’une coopérative ou d’un négoce », affirme Thibaut de Saint-Denis, le président de Biosco. Mais Promize entend travailler aussi avec de grands groupes. C’est le cas de l’assureur Groupama avec qui Promize souhaite mettre en place un réseau de capteurs chez les agriculteurs pour construire de nouveaux services d’assurances indicielles. Dans la même logique, la start-up d’Isagri a annoncé des travaux communs avec Orange Business Services, la division professionnelle de l’opérateur Orange, pour améliorer les technologies de collecte et stockage de données, et avec Microsoft pour proposer de nouveaux objets connectés comme le casque de réalité mixte (HoloLens) ou la reconnaissance vocale et de texte (chatbot).

A.C.

Twitter
Partager
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.