dimanche 18 août 2019
Une pétition des betteraviers contre l'accord UE-Mercosur ©CGB

Une pétition des betteraviers contre l'accord UE-Mercosur

La CGB lance une pétition adressée au ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, pour protester contre l’accord UE-Mercosur.

Face aux vifs mécontentements concernant l’accord commercial avec le Mercosur négocié par l’Union européenne le 29 juin dernier, la CGB a décidé de réagir. La confédération vient de lancer une pétition sur le site change.org, adressée au ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, pour affirmer l’opposition de la filière betterave-sucre sur ce texte.

https://www.change.org/p/didier-guillaume-non-au-mercosur

« L’accord de libre-échange UE-Mercosur va ouvrir plus largement les frontières Européennes à des pays qui ne respectent pas nos normes de production. 74% des produits phytosanitaires utilisés par le Brésil sont interdits en France. C’est l’équivalent de 1,5 Mt de sucre qui sera importé en plus en Europe, soit l’équivalent de la production de 7 sucreries européennes ! », explique Franck Sander, le président de la CGB.

La filière demande que le volet commercial de l’accord Mercosur ne puisse pas faire l’objet d’une application provisoire avant la conclusion des procédures de ratification. Elle appelle les représentants français à Bruxelles, au Parlement et au Conseil, à s’opposer à la ratification de l’accord, et elle demande au gouvernement de « faire la pleine lumière sur les différences de production entre la France et les pays-tiers, au premier rang desquels le Brésil, par une communication d’envergure auprès du grand public ».

Par ailleurs, la CGB invite aussi à signer la pétition soutenue notamment par les JA et FNSEA : « Voulez-vous savoir d'où provient la nourriture que vous achetez ? » sur ce site : www.eatoriginal.eu

A.C.

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.