mardi 25 juin 2019
media connecte à la terre media connecte à la terre media connecte à la terre
Charles Bréant et Laurence Sellos Charles Bréant et Laurence Sellos ©P. Lefebvre

Un box fermier sur le MIN de Rouen

Avec six autres agriculteurs, Laurence Sellos et Charles Bréant, ont ouvert un box fermier normand sous les halles du marché d’intérêt national (MIN) de Rouen. Une première en Normandie.

C’est fait depuis la fin de l’été dernier. Huit agriculteurs de Normandie ont débarqué en groupe sur le marché d’intérêt national (MIN) de Rouen, un marché de gros plutôt réservé aux professionnels. Ils ont ouvert un box fermier proposant aux acheteurs des produits laitiers, des fromages, de la viande, de la charcuterie, rillettes, terrines, oeufs, en provenance directe des fermes normandes ou des produits transformés, comme la bière issue de l’agriculture bio ou raisonnée. L’espace de 150 m² devrait rapidement doubler. Il est le fruit d’un long projet soutenu par les chambres d’agriculture et par le MIN lui-même. L’achat et l’installation des chambres froides ont été pris en charge par le MIN et la Région doit subventionner l’embauche d’un salarié pour accueillir les clients, principalement des épiceries fines et des primeurs pour enrichir leurs gammes de produits fermiers, mais également des restaurateurs, traiteurs, cantines scolaires et restaurants d’entreprises. Pour l’heure, l’association le Box Fermier Normand compte huit associés, tous de Seine-Maritime qui commercialisent leurs produits, mais aussi ceux d’autres producteurs. « Le MIN cherchait à fidéliser de petits producteurs fermiers pouvant offrir de petits volumes », indique Laurent Artigou, directeur du MIN de Rouen. « Qualité, fraîcheur, local sont les coeurs de métiers des marchés d’intérêt national. À titre d’exemple, nous recherchions depuis longtemps un producteur de camembert fermier, de même qu’un producteur de plantes aromatiques qui ont ici toute leur place », poursuit le directeur qui a porté ce projet de box fermier depuis 2016.

Des planteurs porteurs de projets

Charles Bréant fait partie des producteurs associés dans le projet de box fermier. L’agriculteur de Bermonville, planteur de betteraves sucrières sur une vingtaine d’hectares pour le compte de la sucrerie Cristal Union de Fontaine-le-Dun produit des camemberts fermiers qu’il a baptisés les « 5 frères ». Il travaille avec ses frères, Pierre et Victor sur la ferme familiale en attendant la venue des deux derniers de la fratrie, Côme et Martin. Il produit actuellement 350 camemberts par jour vendus essentiellement en Seine-Maritime et en propose une cinquantaine sur le box fermier du MIN de Rouen à destination des restaurateurs, fromagers et supérettes de la région. « C’est un nouveau challenge et un levier de développement des produits fermiers sur Rouen et Paris, car si la clientèle du MIN reste les professionnels, on ne peut pas ignorer les millions de consommateurs situés aux portes de la Normandie », témoigne Charles Bréant. Deux de ses collègues, également producteurs de betteraves, sont de la partie. Ainsi, Laurence Sellos possède un atelier de poules pondeuses à Alvimare, la ferme de la Bruyère et Corinne Dumesnil est à la tête d’une production de fromages fermiers à Saint-Vincent- Cramesnil, près du Havre. Laurence Sellos cultive des betteraves sucrières et gère, avec une salariée, ses deux ateliers de poules pondeuses de plein air, 10 000 sur 4 hectares, soit 4 m2 par poule. Les oeufs sont vendus en direct chaque jour dans des grandes surfaces, petites épiceries et restaurants. Corinne Dumesnil travaille avec son mari Pascal sur une ferme laitière de 160 vaches. Ils disposent d’une salle de traite rotative qui permet de traire 24 vaches à la fois. Ils produisent des céréales et des betteraves sucrières, mais les fromages ouvrent une belle fenêtre de développement pour la ferme. « Nous transformons chaque jour entre 1000 et 2000 litres de lait et produisons 22 sortes de fromages, des fromages à pâte molle, pressée et non cuite, au lait cru sous la marque Bleu, Blanc, Coeur, un lait naturellement riche en oméga 3 car les vaches sont nourries à la graine de lin », explique Corinne Dumesnil qui trouve dans le box fermier de Rouen une belle occasion de se faire connaître des professionnels et de développer plus encore son activité fromagère.

Patrice Lefebvre

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.