Les quelques centaines d’hectares de betteraves encore en terre mi-janvier, notamment dans le Calvados et dans les Hauts-de-France, ont été transformées jusqu’au début du mois de février. Les sucreries de Lillers, Chevrières et Bucy ont tourné respectivement jusqu’aux 2,3 et 5 février, mais c’est Étrépagny qui a fermé le ban. La raison de cette très longue campagne 2019-2020 vient du transfert d’environ 500 000 tonnes de betteraves qui auraient dû être travaillées à la sucrerie de Cagny, à l’arrêt depuis début novembre. Les transferts sur Étrépagny avaient même un temps été prévus jusque vers le 24 février, mais l’opération a été plus rapide que prévu.

Les fortes pluies d’automne (plus de cent jours) ont rendu les arrachages chaotiques et ont eu pour conséquence des niveaux de tare terre importants. La tare terre cumulée depuis le début de la campagne atteint 12,9 %. Ces pluies ont également permis d’assurer un rendement très correct dans certaines régions. On trouve néanmoins de grandes disparités entre les régions (voir carte). Le rendement national est estimé par la CGB à 84,8 t/ha à 16 °S, contre 82 t/ha à 16 °S en 2018-2019.

François-Xavier Duquenne

{modal url= »https://www.lebetteravier.fr/images/BF1106-Graphe-Sucreries.jpg »}Ragondin, quand tu nous tiens …{/modal}