Module 1 : caractéristiques des chantiers de récolte

Le premier module de Perfbet répertorie les caractéristiques des principaux modèles de machines de récolte commercialisés. Cette base a été créée en collaboration avec les constructeurs. L’outil permet de comparer jusqu’à trois chantiers de récolte selon sept catégories :

• Dimensions : nombre d’essieux, longueur et largeur, poids total à charge et à vide, capacité de la trémie.

• Moteur : marque, puissance du moteur et norme antipollution.

• Pneumatiques : charge par essieu, correction de devers, système d’autoguidage.

• Effeuillage-scalpage : type d’organe d’effeuillage, vitesse et moyens de réglage.

• Arrachage : type d’organe d’arrachage et moyens de réglage et de contrôle.

• Trémie-vidange : temps de vidange, hauteur de chute, hauteurs minimale et maximale de vidange, largeur du tapis de déchargement.

• Reprise-nettoyage : nombre et types d’éléments de nettoyage, vitesse et sens de rotation, réglage. Ces informations permettent de choisir un type de chantier de récolte et un modèle afin de déterminer le chantier correspondant aux besoins. Les choix de chantier de récolte dans ce module peuvent être directement utilisés dans les modules suivants afin de comparer les coûts et établir un plan de charge.

Module 2 : coût de chantier

Le deuxième module permet de calculer le coût d’un chantier de récolte à l’hectare. Cette fonctionnalité est divisée en trois parties : calcul des coûts fixes, calcul des coûts variables et calcul des coûts optionnels. Tous les types de chantiers de récolte sont implémentés dans ce module : chantier décomposé avec chargeuse ou avec débardeuse ou avec autochargeuse tractée, intégrale deux ou trois essieux, automotrice, arracheuse-chargeuse.

Ragondin, quand tu nous tiens …
©ITB

Pour chaque type de chantier, des valeurs issues d’enquêtes sont renseignées par défaut. Pour en faciliter l’utilisation, il est possible de les modifier afin de s’adapter aux coûts réels de chaque situation. Ils sont divisés en trois catégories :

• Les coûts fixes : valeur et durée d’amortissement de la machine et frais financiers et d’assurance.

• Les coûts variables : frais d’entretien et de réparation, consommation et prix du carburant.

• Les coûts optionnels qui permettent d’ajouter des bennes et leurs coûts ainsi que d’ajuster les coûts de main-d’œuvre et de performance du chantier.

L’outil calcule les différents coûts pour chaque chantier et permet de les visualiser selon le plan de charge. Il permet de saisir jusqu’à trois chantiers simultanément. On peut donc comparer différents types de chantiers ou différents plans de charge.

​​

Module 3 : plan de charge

Le troisième module permet de calculer un plan de charge pour un type de chantier de récolte selon un objectif de surface, un débit de chantier, le nombre d’heures travaillées par jour selon le type de sol. Il dispose également d’une station météo. Il est possible de renseigner la répartition de la surface à arracher par quinzaine afin de réaliser le calcul sur un planning d’arrachage connu.

Ragondin, quand tu nous tiens …
Module 3 ©ITB

L’outil indique, d’après les données météorologiques des dix années précédentes, le nombre de jours où la récolte se fera en bonnes conditions, les jours où elles seront difficiles et enfin les jours où l’humidité du sol sera trop importante pour récolter. Les résultats sont donnés par quinzaines pour une année médiane et pour une année humide.

Le fait de travailler en conditions difficiles a des conséquences à plusieurs niveaux, aussi l’outil simule-t-il des augmentations de temps de travaux, de consommation et de tare-terre en plus d’un plan de charge en année humide afin de pouvoir juger du risque encouru pour ces années.

Afin d’optimiser votre plan de charge, deux graphiques sont proposés, qui s’appuient sur un indicateur de nombre d’hectares récoltés en conditions difficiles durant une année médiane. Ils permettent de les visualiser selon le plan de charge et selon le nombre d’heures de travail par jour. Pour optimiser le planning du plan de charge, il faut chercher à avoir le moins d’hectares récoltés en conditions difficiles.

Le module propose ensuite une répartition des surfaces à récolter afin d’éviter les récoltes en mauvaises conditions.