« Nous avons retrouvé des volumes d’activité avec l’arrivée de Tereos ; cela nous a permis de garder nos activités de stockage et de manutention de sucre. En céréales, la campagne en cours se présente favorablement, puisque nous avons chargé 11 % de plus que l’année dernière à la même date », a déclaré le président de Sénalia Union, Thierry Dupont, le 6 janvier devant plus de 300 partenaires réunis à Paris.

Sénalia est une union de coopératives agricoles, des entreprises parfois concurrentes mais qui se sont associées pour exporter à partir du port de Rouen. Leader de la logistique portuaire, elle assure l’exportation de 25 % des céréales françaises.

Le directeur général, Gilles Kindelberger, a rappelé les données économiques satisfaisantes du groupe Sénalia pour l’exercice 2021-2022. « À plus de 35 M€, le chiffre d’affaires progresse de 7 %, tiré par l’activité céréales export. L’activité de Robust est plus faible, le nouveau partenariat avec Tereos n’ayant commencé qu’en cours d’exercice ». En effet, depuis novembre 2021, Tereos utilise le terminal sucrier Robust qui l’était auparavant par Saint Louis Sucre.

Les perspectives pour la campagne en cours sont bonnes : au 31 décembre, 2,7 Mt de blé avait été chargées et Sénalia table sur 4,6 Mt d’ici le 30 juin 2023. Un chiffre meilleur que celui de l’exercice 2021-2022, où plus de 4 Mt de céréales ont été chargées, et qui avait déjà enregistré une progression de plus 1 Mt (+ 35 %) par rapport à la campagne précédente.

La moisson a été réalisée en un temps record et s’est terminée le 28 juillet. Le rendement a été correct, la zone nord de la Loire ayant été moins affectée que le Sud. Mais la forte variabilité de la qualité a nécessité un travail de ségrégation des lots pour répondre aux différents marchés. Ce travail a permis d’assembler des lots pour obtenir un PS supérieur à 76 et un indice de chute de Hagberg supérieur à 220, soit au final 60 % des volumes qui se trouvent adaptés aux marchés du blé meunier.

Ce travail va être facilité par l’utilisation d’un nouvel outil : la cartographie prédictive. Le groupe a mis au point un modèle prédictif capable d’estimer la qualité finale des blés dès les premières semaines de moisson. L’algorithme repose sur les historiques, la qualité des premières réceptions et les données météo depuis le semis. Sénélia dispose ainsi d’une cartographie de la qualité des gains (PS, humidité et protéines) par commune, qui lui permet d’optimiser le stockage, la logistique et de trouver les bons contrats.

Partenariat avec Tereos

La campagne 2021-2022 marque aussi l’arrivée de Tereos à Rouen. Après cinq mois à l’arrêt complet, le silo Robust a repris son activité en novembre 2021 suite à la signature d’un nouveau partenariat avec Tereos. L’activité se concentre sur des réceptions et les sorties de sucre en vrac par camion. La certification FSSC 22 000 (sécurité des aliments) a été renouvelée et le site a obtenu des autorisations pour les marques Coca-Cola et Monster. « L’année dernière, il y a eu très peu d’activité. Aujourd’hui Robust fonctionne à plein, il y a 60 000 tonnes de sucre stockées. Du sucre pas seulement destiné à l’exportation, puisque le silo sert également de stockage pour les usines de Tereos pour le marché français », indique Gilles Kindelberger.

Toujours avec Tereos, mais à Lillebonne (plus en aval sur la Seine), l’industriel belge Futerro pourrait produire de l’acide polylactique (PLA), une matière plastique 100 % à base de céréales. Un investissement de plusieurs centaines de millions d’euros pourrait être réalisé dans les années à venir.

Le chargement de céréales représente ©SEDA
Prédire la qualité des blés

Le modèle de Sénalia avait édité une carte en septembre 2021, prédisant par point de collecte : le PS, l’humidité et les protéines sur la base des 5 campagnes précédentes et des données météo entre le semis et la récolte. On peut la comparer à la carte des réceptions faites dans les silos Sénalia en juin 2022.