mercredi 19 juin 2019
media connecte à la terre media connecte à la terre media connecte à la terre
La pétition rassemblant 2 598 signatures déposées au Haut conseil à la coopération agricole (HCCA). La pétition rassemblant 2 598 signatures déposées au Haut conseil à la coopération agricole (HCCA). ©FX Duquenne

Tereos : le conseil de surveillance espère une vérification rapide de la pétition

Le conseil de surveillance de Tereos propose aux frondeurs une procédure simplifiée de vérification de leur pétition.

Depuis plusieurs mois, les frondeurs de Tereos demandent la tenue d’une « assemblée générale ordinaire réunie extraordinairement » pour « doter la coopérative d’une nouvelle gouvernance ». Ils affirment avoir réuni une pétition rassemblant 2 598 signatures de coopérateurs, qu’ils avaient déposées au Haut conseil à la coopération agricole (HCCA). La situation était cependant bloquée car des signataires avaient demandé à l’Association de défense des coopérateurs de Tereos (ADCT) de ne pas divulguer leurs noms. Ce verrou a été levé fin décembre puisque l’ADCT a accepté de transmettre sa pétition à deux huissiers. On devrait bientôt savoir si le seuil de 20 % d’associés coopérateurs, nécessaire pour convoquer une assemblée générale, est atteint.

Une rencontre entre les deux parties s’est déroulée le 7 janvier mais « la pétition n’a cependant pas été remise lors de cette réunion et la vérification n’a pas pu commencer », indique Tereos. « Désireux de clore ce sujet qui court depuis près de cinq mois, le conseil de surveillance de Tereos a cependant souhaité faire des concessions supplémentaires pour que les travaux puissent être lancés au plus vite par huissiers, de façon confidentielle et méthodique », explique le président du conseil de surveillance de Tereos, François Leroux.

Concrètement, Tereos propose de mettre en place « un processus de vérification simplifié à l’extrême » en acceptant de faire réaliser l’intégralité de la vérification par des huissiers en toute confidentialité, sans qu’aucun nom de signataire ne soit communiqué ni à Tereos, ni à l’ADCT. Mais, Tereos estime que certaines signatures sont « non vérifiables » et propose qu’une « simple demande écrite d’attestation soit envoyée aux pétitionnaires, la réponse étant adressée dans un délai de 15 jours confidentiellement aux huissiers ». L’ADCT craint de perdre certains planteurs dans cette opération. « C’est comme si on nous demandait de refaire une deuxième pétition », explique Xavier Laude, un des trois anciens membres contestataires du conseil de surveillance. Contacté le 16 janvier par le Betteravier français, un porte-parole de Tereos espérait cependant un retour positif de l’ADCT dans les jours qui viennent.

F.-X. D.

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.