jeudi 19 septembre 2019
Sucrerie d’Eppeville : la CGB appelle à manifester le 1er mars ©Bertrand Fournier

Sucrerie d’Eppeville : la CGB appelle à manifester le 1er mars

Les syndicats betteraviers CGB de la Somme, de l’Aisne, de l’Oise et le Nord Pas-de-Calais appellent à une large mobilisation le 1er mars pour sauvegarder la sucrerie Saint Louis Sucre d’Eppeville (Somme), menacée de fermeture.

Après la manifestation le 22 février pour défendre la sucrerie de Cagny (Calvados), les betteraviers appellent à une mobilisation de grande ampleur le 1er mars à Eppeville (Somme). Objectif : protester contre le projet de restructuration du groupe Saint Louis Sucre, qui prévoit la fermeture de la sucrerie pour 2020.

Les membres des syndicats betteraviers CGB de la Somme, de l’Aisne, de l’Oise et le Nord Pas-de-Calais invitent tous les betteraviers et acteurs économiques potentiellement touchés par la fermeture du site à manifester vendredi 1er mars 2019 devant la sucrerie, de 10 h à 14 h (Rue du Maréchal Leclerc, 80 400 Eppeville), ainsi que les élus politiques locaux à venir dialoguer.

Pour les syndicats betteraviers, la fermeture de l’usine « condamnerait une part significative des bassins de production situés dans la Somme, l’Aisne, l’Oise et le Nord Pas-de-Calais et dégraderait l’économie de 1 275 exploitations agricoles ».

600 emplois directs

« L’arrêt de cette sucrerie serait catastrophique pour l’économie du département avec plus de 600 emplois directs, indirects et induits remis en cause : les salariés de l’usine, les transporteurs, les sous-traitants (chaudronnerie, mécaniciens, électriciens…), les commerces locaux (épiceries, distribution alimentaire, brasseries…) et les entrepreneurs agricoles », expliquent les syndicats dans un communiqué.

« Une première rencontre entre les représentants planteurs de la CGB et la direction de Saint Louis Sucre s’est tenue ce 19 février à Paris, mais les dirigeants de Saint Louis Sucre n’ont affiché aucune volonté de trouver des solutions d’avenir pour la sucrerie », affirment les représentants des betteraviers.

Selon Saint Louis Sucre, le site d’Eppeville compte 132 salariés, dont 23 au titre des services centraux. Il est approvisionné par 1 268 planteurs.

A.C.

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.