mardi 26 mai 2020
La majorité des semis ont été réalisés fin mars. La majorité des semis ont été réalisés fin mars. ©FX Duquenne

Les semis des betteraves sont pratiquement terminés

Les betteraviers ont réalisé la majorité des semis entre le 23 et le 1er avril. À cette date il ne restait plus que 10 % des surfaces à ensemencer. Maintenant, il nous faut de la pluie !

En une semaine, les planteurs ont rattrapé une bonne partie du retard grâce au retour du soleil. Le 1er avril, ils avaient semé 90 % les 424 000 ha prévus pour cette année (-6,4 % par rapport à 2019), selon l'Association de recherche technique betteravière (ARTB). La date moyenne des semis 2020 ressort donc, comme l'an dernier, au 28 mars. Elle accuse un petit retard de 3 jours par rapport à la moyenne 5 ans.

Les premiers semis de betteraves ont commencé timidement le 16 mars. Mais les semoirs se sont vraiment activés à partir du 23 mars, avec l’arrivée du printemps et surtout du soleil. Un quart des surfaces françaises étaient semées le 25 mars. À cette date, les travaux avaient donc un peu moins d’une semaine de retard par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Mais les travaux ont avancé très vite par la suite : « Les betteraviers français peuvent semer 17 % de la surface française par jour quand la météo reste favorable », estime Ghislain Malatesta, responsable du département expérimentation de l’ITB. Malgré les contraintes liées aux mesures de confinement, les betteraviers ont pu être approvisionnés en semences en temps et en heure.

Les régions les plus avancées au 1er avril étaient la Champagne (100 % dans l’Aube et l’Yonne), la Marne (99 %), l’Aisne (98 %), le Centre, l’Alsace, l’Ile-de-France et l’Oise (95 %).

Les préparations étaient plus faciles sur les labours de printemps et les semis ont avancé vite en Normandie et en Champagne. En revanche, dans les Hauts-de-France et en Île-de-France les fortes précipitations hivernales et l'absence de gel durant cette période n’ont pas facilité la restructuration des sols. Les labours restés compacts et refermés étaient difficiles à travailler, leur ressuyage en profondeur prenant du temps.

Au 1er avril, les semis n’étaient pas terminés en Seine-Maritime (65 %), dans le Nord et le Pas-de-Calais (70 %), la Somme et l’Eure (80 %) où les terres étaient encore froides et très humides. Dans ces régions, les semis n’ont vraiment débuté que vers le 28 mars.

Ces derniers jours, le vent qui soufflait de l’Est a desséché le lit de semence. Les levées seront donc à surveiller. Maintenant les betteraviers attendent la pluie !

F.-X.D.

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.