mercredi 20 novembre 2019
Adulte de Lixus juncii. Adulte de Lixus juncii. ©ITB

Les populations de Lixus juncii en augmentation

En France, Lixus juncii est le charençon de la betterave présent depuis plusieurs dizaines d’année dans le Sud sur betteraves portegraines. Les premières populations sur betteraves cultivées ont été observées depuis cinq ans en plaine de Limagne, aujourd’hui particulièrement touchée. Depuis 2018, l’insecte migre vers le nord, avec de nouvelles parcelles qui apparaissent chaque année en région Centre, Île-de-France et Champagne.

Lixus juncii est un coléoptère inféodé au genre Beta. L’adulte mesure entre 1 et 1.5 cm de long, il est reconnaissable à la forme de sa tête prolongée par un rostre. Son prothorax est orné latéralement de bandes blanches, avec des élytres brunes. L’adulte n’est pas nuisible. En revanche, la femelle pond ses oeufs dans les pétioles de la betterave et c’est la larve qui provoque des dommages en forant les tiges vers le bas puis en creusant des galeries dans la racine. Les pertes de rendement liées aux galeries vont de 5 à 7 %. Les galeries sont surtout des portes d’entrée au Rhizopus, qui peut entraîner des dégâts beaucoup plus importants – jusqu’à 50 % de perte de rendement.

Moyens de lutte
Une fois la ponte réalisée, il est impossible de lutter contre le Lixus. Il est donc nécessaire de mettre en place des moyens de lutte préventifs et, en cas de colonisation des betteraves, de repérer les pics de vols pour contrôler les adultes. Ceux-ci arrivent par les bords du champ. Le premier levier decontrôle des Lixus est donc agronomique, grâce à l’entretien régulier des bordures de parcelles par la fauche des bords de champs et des talus. C’est là que le Lixus trouve refuge pendant l’hiver, notamment sur des graminées. Une première fauche au mois d’avril va ainsi limiter la colonisation dans la parcelle de betteraves. Si la colonisation n’a pu être évitée, l’application d’un insecticide doit être réalisée dès le premier pic de vol. Celui-ci intervient généralement début mai lors des premières chaleurs, sans lien avec le développement végétatif des betteraves. Les charençons adultes viennent alors s’alimenter dans les feuilles de betteraves. Néanmoins, l’adulte est difficile à observer car il tombe au sol quand il se sent menacé. Les premiers essais mis en place montrent que les produits insecticides utilisés aujourd’hui ont une efficacité limitée. Il est donc nécessaire de favoriser les moyens de lutte préventifs.

Surveillance des nouveaux foyers
Pour surveiller l’extension du charençon, des tentes malaises sont installées dans quelques régions. C’est un dispositif de piégeage des adultes qui a montré son efficacité en plaine de Limagne. Le piège intercepte les insectes en vol via une toile à maille fine. Les captures permettent de suivre l’activité de vol des mâles et des femelles.

Institut technique de la betterave (ITB)

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.