mercredi 14 novembre 2018
media connecte à la terre media connecte à la terre media connecte à la terre
Les prix ont augmenté depuis 10 ans, mais ils se sont stabilisés depuis 2016. Les prix ont augmenté depuis 10 ans, mais ils se sont stabilisés depuis 2016. ©FX Duquenne

Holmer et Ropa s’expliquent sur le coût des arracheuses

Les acheteurs d’arracheuses de betteraves ont constaté une augmentation des prix ces dernières années. Les représentants d’Holmer et de Ropa donnent des éléments d’explication.

Le prix des intégrales a subi une hausse de 35 à 55 % sur les 10 dernières années et celui des automotrices de 89 % en 15 ans (sources ITB, barème d’entraide et CDER). « Le coût d’arrachage, main-d’œuvre comprise, représente 40 % du coût de l’itinéraire technique », explique Francky Duchateau, économiste à la CGB. Nos partenaires fournisseurs doivent être conscients que la seule recette betteravière permet tout juste de couvrir la totalité des coûts de production ».

Les constructeurs de machines ne nient pas que les prix aient augmenté. Sébastien Dillies, responsable marketing et communication Ropa France, et Rafael Zakrzewski, directeur commercial de Holmer, expliquent ces augmentations par les normes antipollution, le prix des composants, l’augmentation de la puissance des moteurs et l’amélioration de l’automatisme.

Selon Rafael Zakrzewski, les augmentations de prix sont derrière nous. « En 2013, les automotrices étaient vendues entre 180 000 et 220 000 €. La dernière automotrice produite, la Lectra V 3, coûtait 240 000 € : elle était équipée d’une nouvelle motorisation aux normes et d’un nouveau système hydraulique. Les petites intégrales Agrifac sont arrivées en 2013 autour de 320 000 €. À partir de 2015, l’équipement en pneu basse pression a engendré un surcoût de 5 000 à 6 000 €. En 2016 elle atteignait un prix de vente moyen de 345 000 €.

Pour la Terra dos T 3, le prix de vente était de 420 000 € en 2015. Elle a été remplacée par la T 4-30 dotée d’un nouveau moteur consommant moins (40 l/heure). Son prix était de 440 000 € en 2016, il est de 446 000 € aujourd’hui. Depuis 2016, les prix ont très peu augmenté. »

De son côté, Sébastien Dillies, explique que les nouvelles Ropa n’ont plus les mêmes performances qu’avant : « il n’est pas rare de trouver des intégrales qui arrachent 1 000 ha par an. La durée de vie des machines est plus longue, l’amortissement peut être allongé. Nous reprenons parfois des machines trop belles pour être dépréciées ». C’est pourquoi Ropa propose également des machines ayant 5 à 6 campagnes révisées et reconditionnées avec des garanties pièces et main-d’œuvre. « C’est une bonne formule pour des groupes d’agriculteurs arrachant 200 à 400 ha. »

F.-X.D.

Twitter
Partager
Partager
Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.