mercredi 19 juin 2019
media connecte à la terre media connecte à la terre media connecte à la terre
De gauche à droite : Patrick Dechaufour, président CGB Calvados-Sarthe-Orne, Pierre Rayé, directeur général de la CGB, Franck Sander, président de la CGB et Dominique Fievez, président de la CGB Somme. De gauche à droite : Patrick Dechaufour, président CGB Calvados-Sarthe-Orne, Pierre Rayé, directeur général de la CGB, Franck Sander, président de la CGB et Dominique Fievez, président de la CGB Somme. ©FXD

Saint Louis Sucre : les planteurs proposent 30 millions d’euros pour Cagny & Eppeville

La CGB a présenté une proposition de reprise des deux sucreries Saint Louis Sucre de Cagny et d’Eppeville, qui pourrait faire économiser 100 millions d’euros au groupe allemand.

« Nous avons proposé une offre de reprise de 30 millions d’euros pour les deux usines de Cagny et Eppeville, à raison de 10 €/t pour 3 millions de tonnes de betteraves broyées », a détaillé Franck Sander, le 16 mai. Le président de la CGB s’exprimait au lendemain d’un rendez-vous de trois heures à Strasbourg, avec les représentants du groupe Südzucker, où la CGB a présenté la proposition de reprise des planteurs pour les deux sucreries de Saint Louis Sucre, menacées de fermeture.

« Südzucker s’est dit prêt à réfléchir et a demandé à recevoir dans les prochains jours par écrit notre offre de reprise et à y répondre sous trois semaines », a affirmé Franck Sander. La CGB estime que la proposition des planteurs français permettrait au groupe allemand une économie de 100 M€ : les 30 millions pour la reprise, ajoutés à une quote-part estimée à 70 M€ pour l’absence de frais de restructuration sur ces deux sucreries. Südzucker avait en effet annoncé un budget de près de 200 M€ pour la fermeture de cinq usines en Europe, dont Cagny et Eppeville en France, dans le cadre de son plan de restructuration.

Les planteurs allemands opposés

Cette prise de parole de la CGB intervient quelques heures après l’envoi d’un communiqué de presse de l’Association des planteurs d’Allemagne du Sud (VSZ), à l’issue de la réunion entre la CGB et Südzucker. VSZ, actionnaire à 57 % du groupe allemand, estime qu’il « serait irresponsable pour Saint Louis Sucre, de céder des sites pour trois raisons :

- tout projet de reprise ne résout pas le problème de surproduction

- les sites de Saint Louis Sucre qui resteront à proximité (Etrépagny et Roye) sont en mesure de traiter une partie des quantités de betteraves d’Eppeville et de Cagny.

- il est vital pour Saint Louis Sucre de maintenir les capacités de stockage des sites d’Eppeville et de Cagny ».

La CGB a souligné qu’il s’agissait d’une position des planteurs allemands et non du groupe Südzucker. La confédération, qui entend ne pas relâcher la pression sur Südzucker, présentera ce projet de reprise le 17 mai, à l’ambassade d’Allemagne à Paris.

Dans le même temps, Südzucker a fait état le 16 mai d’une perte consolidée de 805 M€ sur l’exercice 2018-19, clos le 28 février, contre un résultat net positif de 318 M€ un an plus tôt. Le chiffre d’affaires s’est établi, lui à 6,754 milliards d'€, contre 6,983 Mds €.

Adrien Cahuzac

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.