mercredi 14 novembre 2018
media connecte à la terre media connecte à la terre media connecte à la terre
Arysta fait le pari d’une approche pédagogique, auprès de ses clients, sur l’intérêt de l’utilisation des biostimulants, à travers son site internet goactiv.fr Arysta fait le pari d’une approche pédagogique, auprès de ses clients, sur l’intérêt de l’utilisation des biostimulants, à travers son site internet goactiv.fr ©Arysta

Phytosanitaires : Arysta affirme ses ambitions sur les biostimulants

Alors qu’il est en pleine phase de rachat par son concurrent indien UPL, Arysta veut tripler ses ventes d’ici 3 à 5 ans sur le marché des biostimulants en France, en plein essor.

Nous sommes au début de la révolution des biostimulants et nous sommes bien positionnés », a assuré le 11 octobre, Richard Matei, le directeur général d’Arysta France arrivé aux commandes le 1er janvier 2018. Le groupe qui est en cours de rachat par le géant indien UPL depuis cet été, mise sur le savoir-faire et les innovations des anciens laboratoires bretons de Goëmar, acquis il y a quatre ans, spécialisés dans les produits pour la protection des plantes à base d’algues. « Les biostimulants améliorent le fonctionnement et l’utilisation des nutriments par les plantes et leur adaptation à des conditions difficiles », détaille Alexander Vatelot, directeur marketing d’Arysta France, qui milite pour une harmonisation européenne des réglementations définissant les biostimulants, dans le cadre de l’European Biostimulants Industry Council (Ebic).

50 % des ventes en grandes cultures

Le marché des biostimulants connaît une forte croissance en France. Selon une étude récente de Kynetec,les surfaces agricoles utilisant des biostimulants ont progressé de 28,4 % en 2017, par rapport à 2016, pour atteindre 1,61 Mha, dont 50 % en grandes cultures. « 12,5 % des exploitations de grandes cultures utilisent des biostimulants. Celles cultivant de la betterave ou du colza sont les plus utilisatrices », souligne Alexander Vatelot. Mais les biostimulants n’augmentent pas systématiquement les rendements. « Ils sont une autre voie pour soutenir la production agricole en quantité et en qualité. En maïs, nos essais ont montré qu’ils augmentaient le développement des radicelles de 30 %, dans le cas de traitements de semences », poursuit-il.

Tripler les ventes d’ici 3 à 5 ans

Pesant près de 15 % de ses 80 M€ de chiffre d’affaires en France en 2017, les ventes de biostimulants devraient progresser fortement. Arysta souhaite tripler son activité dans le domaine d’ici 3 à 5 ans. Pour y arriver, le groupe mise sur le développement de son portefeuille d’actifs, en particulier son biostimulant foliaire GoActiv, issu de l’extraction et de la filtration d’algues Ascophyllum nodosum. Selon Arysta, il stimule la photosynthèse, limite le stress abiotique, augmente la croissance et la fertilité des bourgeons, pour de nombreuses cultures, comme le blé, le maïs, la pomme de terre et le tournesol. Arysta met en place des formations auprès de ses clients pour expliquer les modes d’actions et les bénéfices attendus de GoActiv. D’ici à 2022, le groupe prévoit de lancer des principes actifs inédits, qui se conjugueront avec de nouveaux modes d’action, encore au stade expérimental.

A.C.

Twitter
Partager
Partager
Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.