mardi 26 mai 2020
Cours du sucre mondial et européen (en €/t) Cours du sucre mondial et européen (en €/t)

Sucre : quatrième semaine consécutive de baisse

Le sucre et l'éthanol continuent de sombrer, pour la quatrième semaine consécutive. Le sucre brut a perdu 30 % en moins d'un mois. 

En passant à nouveau sous  les 10,6 cts/lb le 19 mars der­nier, le sucre brut revient à des niveaux que l'on pensait loin derrière nous ... La hausse des cours du début de campagne 2019-2020 est ainsi totalement balayée. Ils n'auront pas résisté à l'effondrement de la monnaie brésilienne. Le 23 mars, il fallait presque 5,1 réaux pour un dollar : c'est 35 % de plus que l'an dernier à la même époque. La chute des cours est donc moins ressen­tie par les Brésiliens, quand ils sont libellés dans leur monnaie. 

Par conséquent, la production de sucre du pays est annoncée en hausse : la campagne qui ouvrira dans une semaine verra une por­tion de la canne allouée au sucre en augmentation, au détriment de l'éthanol. Car l'éthanol domestique a perdu presque 20 % en un mois. La cause : un pétrole qui a perdu 60 % de sa valeur depuis le début de l'année et côtoie les 25 $/baril ! Si les Brésiliens allouent ainsi la majorité de leur canne vers la production de sucre, le déficit mondial annoncé pour la campagne 2019-2020 serait bien réduit, limitant la reprise des cours que l'on attend depuis trois ans. C'est du reste l'opinion des spéculateurs, qui sont désormais net-vendeurs, pour la première fois depuis janvier. En Europe, l'effet n'est, pour l'ins­tant, pas mesurable, dans un contexte de confinement dont l'ef­fet sur les activités de transfor­mations de sucre reste à évaluer. Mais la chute de l'éthanol, à nou­veau sous les 54 €/hl, ne présage rien de bon : il ne permet de valo­riser au mieux la betterave qu'au­tour de 22 €/t à 16 °S, hors pulpes. Néanmoins, les stocks européens sont au plus bas depuis dix ans et les semis sont à nouveau annon­cés en baisse, d'environ 2 % en Europe. Cela devrait conduire à une production de sucre autour de 17,5 Mt, qui mènerait à nouveau à une contraction des stocks en fin de campagne.

TIMOTHÉ MASSON, CGB 

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.