mardi 26 mai 2020
L'usine Tereos d'Origny-Sainte-Benoite (Aisne) L'usine Tereos d'Origny-Sainte-Benoite (Aisne) ©Tereos

Tereos et Cristal Union engagés dans la production de gel et d’alcool contre le coronavirus

Les deux groupes sucriers français bouleversent leur production pour participer à l’effort national contre le coronavirus, en développant la fabrication de gel hydroalcoolique et d’alcool éthylique.

Le groupe Tereos a annoncé dans un communiqué du 18 mars qu’il engageait cinq de ses usines dans la production de gel hydroalcoolique. Les cinq sites concernés sont ceux d’Artenay (Loiret), Origny-Sainte-Benoite (Aisne), Lillers (Pas-de-Calais), Morains (Marne) et Nesle (Somme) situées dans le Nord, le Grand Est et le Centre. « Elles disposent du savoir-faire nécessaire à la fabrication d’alcool pharmaceutique et de capacités importantes qui font de Tereos le premier producteur d’alcool en France », souligne le groupe dans son communiqué. 10 000 à 11 000 litres devraient être produits chaque semaine. Cette production a déjà démarré sur le site d’Origny-Sainte-Benoite, qui assurera 95 % de la production totale de gel hydroalcoolique. « Elle sera mise à la disposition gratuitement des Agences régionales de santé et des hôpitaux des régions proches, qui connaissent des situations très critiques », ajoute Tereos.

De son côté, Cristal Union a décidé d’arrêter la production de bioéthanol à la distillerie d’Arcis-sur-Aube (Aube) pour réorienter sa production vers de l’alcool éthylique, labellisé Biocidal et PharmEthyl (alcool à destination de l’industrie pharmaceutique et des biotechnologies).

Cristal Union continuera à produire du bioéthanol à Cristanol, à Bazancourt (Marne), autre grande distillerie du groupe, mais en moindre proportion. « Dans le cadre de sa responsabilité sociétale, le groupe apporte ainsi une réponse concrète et immédiate à l’explosion des demandes pour ce type d’alcool, en particulier pour les clients à la recherche de produits désinfectants, dans un marché global déjà très tendu », affirme le groupe dans un communiqué.

A.C.

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.