mercredi 17 juillet 2019
Patrick Aps, directeur et Jean-Charles Deschamps, président de la nouvelle coopérative Natup Patrick Aps, directeur et Jean-Charles Deschamps, président de la nouvelle coopérative Natup ©J.F. Lange / Natup

Cap Seine et Interface Céréales fusionnent pour devenir Natup

Les deux coopératives ont scellé leur union le 7 décembre dernier pour donner naissance à un nouveau groupe coopératif baptisé Natup.

Historiquement implantée dans le centre ouest de la France autour de Dreux, Interface Céréales complète le territoire de Cap Seine qui s’étend sur les départements de la Seine-Maritime, de l’Eure et de la région Picardie. Baptisée Natup (Novateur Audacieux Terre Union Partage), la nouvelle structure est présidée par Jean-Charles Deschamps, actuel président de Cap Seine, François Barret, président d’Interface Céréales, en devenant vice-président. Issue d’une demande de développement des coopérations mutuelles, la fusion entre les deux groupes s’est progressivement imposée. « Sur les huit départements de son territoire, les 220 sites d’exploitation situés au plus près des exploitations et des services offerts aux adhérents formeront un maillage proche et efficient », déclare Jean- Charles Deschamps. Les deux coopératives sont fortes désormais de 7 000 adhérents et de 1 550 salariés avec un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros dont 30 M€ investis chaque année et 2,2 Mt de collecte de céréales. Il y a aussi l’élevage ovin et bovin, les pommes de terre et les légumes avec Lunor, leader de la cinquième gamme, le lin avec l’acquisition l’année dernière du pôle Technilin à Yvetot. Pour le président Jean-Charles Deschamps, « la réorientation des activités du groupe Cap Seine, passée en cinq ans d’une coopérative ayant l’approvisionnement et la collecte pour métier à un ensemble diversifié, a permis d’amortir les effets conjoncturels d’un pôle isolé ». La fusion des deux entités doit aussi permettre à Natup de disposer sur le port de Rouen, 1er port céréalier d’Europe, d’une infrastructure privative ainsi que d’une activité de vente de «Fob», ont indiqué les dirigeants.

Patrice Lefebvre

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.