vendredi 16 novembre 2018
media connecte à la terre media connecte à la terre media connecte à la terre Betteravier de l'année 2019
AGPB, AGPM et CGB souhaitent augmenter l’incorporation du bioéthanol dans l’essence ©DR

AGPB, AGPM et CGB souhaitent augmenter l’incorporation du bioéthanol dans l’essence

Les importations d’huile de palme inquiètent de plus en plus les agriculteurs français. L’AGPB, l’AGPM et la CGB demandent au gouvernement un soutien aux filières de grandes cultures, en augmentant la part d’incorporation dans l’essence à 8,3 % en 2019.

Deux semaines après le blocage des raffineries, les importations d’huile de palme continuent à inquiéter les agriculteurs français. D’après la CGB, qui s'appuie sur les derniers chiffres communiqués par les douanes françaises, les importations d’huile de palme ont bondi de 36 % en 2017, à 124 millions de litres, un niveau record multiplié par 10 par rapport à 2014 (13 millions de litres). Ces importations ont servi en particulier à l’incorporation dans les essences. « Alors que la part de l’éthanol français est restée stable à 5,7 % dans les essences, les biocarburants de palme ont explosé passant de 0,14 % en 2014 à 1,2 % en 2017 », dénoncent les syndicats AGPB, AGPM et CGB dans un communiqué commun du 5 juillet. « Et l’ouverture de l’usine de La Mède laisse présager un doublement potentiel de l’incorporation de ces produits », alertent-ils.

Face à cette situation, ils demandent un soutien du gouvernement au secteur français des productions végétales, en augmentant de 7,5 à 8,3 % en 2019 ses objectifs TGAP d'incorporation de biocarburants dans l'essence puis à 15 % en 2030, en comptabilisant le bioéthanol de sucres non extractibles et d'amidons résiduels au-delà de 7 %, conformément à la réglementation européenne (Directive énergies renouvelables actuelle et nouvelle Directive adoptée par le Conseil européen).

Selon les syndicats, les filières des grandes cultures sont en mesure de répondre à cette demande sans augmenter sa production ni les surfaces cultivées, en réaffectant au marché domestique une partie des volumes actuellement exportés.

A.C.

Twitter
Partager
Partager
Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.