samedi 16 novembre 2019
Dans le Vexin, près de Vigny (Val d'Oise), une centaine d'agriculteurs avec une cinquantaine de tracteurs ont défilé le 8 octobre sur la RN4 entre 11h et 14h. Dans le Vexin, près de Vigny (Val d'Oise), une centaine d'agriculteurs avec une cinquantaine de tracteurs ont défilé le 8 octobre sur la RN4 entre 11h et 14h. ©Sébastien Audren / CGB

10 000 agriculteurs avec 6 000 tracteurs mobilisés dans les départements, selon la FNSEA

Malgré la pluie dans certains départements, la FNSEA et les JA se félicitent de la journée nationale de mobilisation qui a eu lieu le 8 octobre, pour dénoncer l’agribashing et les accords commerciaux d’importations de produits agricoles.

« Nous avons le sourire. C’est une grande réussite pour ce premier avertissement. Le monde agricole est toujours debout. L’ensemble de notre réseau FNSEA-JA a su se mobiliser dans tous les départements français », s’est félicité Jérôme Despey, le secrétaire général de la FNSEA, lors d’une conférence de presse le 8 octobre, sur le bilan des actions syndicales du jour. Selon le syndicat, 10 000 agriculteurs et 6 000 tracteurs étaient mobilisés, entre 11 heures et 14 heures, pour des opérations de blocages et de distributions de tracts, avec les slogans « N’importons pas la nourriture que nous ne voulons pas » et « France, veux-tu encore de tes paysans ? ».

Distorsions de concurrence

« C’est un cri du cœur lancé par les agriculteurs face aux critiques et aux attaques incessantes qu’ils subissent, la palme revenant récemment à Ségolène Royal et ses propos sur les pesticides », a lancé Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA.

Le réseau FNSEA – JA demande la fin des distorsions de concurrence entre les États européens et l’arrêt des accords commerciaux d’importations de produits alimentaires. « Nous souhaitons qu’il y ait une mobilisation du Président de la République pour dire qu’il soutient l’agriculture française, à un moment où elle est déconsidérée », a poursuivi Christiane Lambert. Les deux organisations attendent aussi que les lignes bougent sur les retraites, les ZNT et l’étiquetage de l’origine des produits notamment.

Le rôle des consommateurs

Pour les JA, les consommateurs ont aussi un rôle à jouer dans leurs actes d’achats. « Il faut qu’ils se transforment en consomm’acteurs pour soutenir la qualité des produits agricoles français. Les concitoyens n’ont pas envie d’aller chercher leur alimentation autre part », a insisté Samuel Vandaele, le président des JA. Des opérations d’étiquetage devraient avoir lieu la semaine prochaine dans plusieurs supermarchés de France, avec des autocollants « Je sais d’où ça vient » et « Je ne sais pas d’où ça vient ».

Les représentants de la FNSEA et des JA devaient être reçus le 8 octobre au soir, par le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume. « Nous allons porter les résultats de ce premier avertissement au ministre et écouter ses propositions », a expliqué Jérôme Despey. La FNSEA et les JA parlent déjà d’une nouvelle journée de mobilisation le 22 octobre, pour maintenir la pression sur le gouvernement.

A.C.

 

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.