mercredi 22 mai 2019
Cours du sucre mondial et européen (en €/t) Cours du sucre mondial et européen (en €/t)

Sucre : derrière la stabilité, des changements à l’oeuvre

Le cours du sucre est relativement stable depuis fin mai : le sucre roux poursuit son oscillation autour de 12 cts/lb, et le sucre raffiné autour de 340 à 350 $/t.

errière la stabilité des cours, les fondamentaux n’ontguère évolué, même si, en juin, l’analyste FoLicht a revu son surplus mondial pour 2018-2019 à 7,2 Mt, alors qu’il était estimé jusqu’ici à 5,1 Mt. Mais le marché l’avait déjà assimilé : la correction concernait une révision à la hausse des prévisions de récoltes indienne et thaïlandaise, et une révision à la baisse pour la récolte brésilienne. En effet, pour ce dernier pays, l’allocation de la canne vers la production d’éthanol est à son maximum : 65 % entre le début de la campagne (1er avril) et le 16 juin, selon la fédération des sucriers (Unica). Or, un point de plus dans la part de canne destinée à l’éthanol signifie 0,8 Mt de sucre de moins sur le surplus mondial ! L’effet sur les cours devrait donc être perceptible. Mais cela ne s’est pas vu, car la quantité d’éthanol au Brésil commence à peser sur les prix : l’éthanol domestique a perdu 6 % (en réal) en juin. Dès lors, le prix de parité entre le sucre et l’éthanol baisse et aucun support n’est à l’oeuvre sur le marché
mondial…
On constate la même absence d’effet de la désaffection des spéculateurs à l’égard du marché du sucre. Pourtant, ils ont encore beaucoup réduit leurs positions nettes-vendeuses, à presque 1,5 Mt actuellement – à comparer avec les 8,5 Mt d’avril dernier ! Mais ici encore, cela ne constitue pas un support pour le marché mondial… car le réal, la monnaie brésilienne, continue sa baisse (- 20 % depuis le début d’année).
Cette situation mondiale pèse toujours autant sur le marché européen. À quelques semaines de l’ouverture de la prochaine campagne, les échanges, en spot, restent limités. Il semble donc clair que la dernière valeur publiée par l’Observatoire européen, de 362 €/t sortie sucrerie, en avril dernier, fait
déjà partie du passé…


Timothé Masson, CGB

Twitter
Partager

Le Betteravier français, le journal de référence des planteurs depuis 1952, qui décrypte l'actualité de la filière betterave-sucre et des grandes cultures avec ses 18 numéros et ses 2 cahiers spéciaux par an.